Selon une nouvelle étude internationale menée par Finalcad, la marge bénéficiaire moyenne des entreprises du secteur du BTP ne dépasse pas 2 % en raison d’un manque de productivité et de dépassements budgétaires liés à leur difficulté à passer au digital

Finalcad , éditeur de logiciels leader du secteur de la construction, a publié aujourd’hui les résultats d’une étude menée auprès de 400 dirigeants de la construction en France, en Espagne, à Singapour et au Japon afin d’étudier la transformation digitale dans ce secteur.

Télécharger l’intégralité de l’étude

L’étude a déterminé que la marge bénéficiaire moyenne d’un projet de construction est d’à peine 2 % dans ces quatre pays. Elle révèle également que l’absence de transformation digitale rend dépendant le travail de nombreuses entreprises au papier, à une époque où le ralentissement dû à la pandémie mondiale de COVID-19 montre l’importance de digitaliser les activités et de recourir au télétravail. De surcroît, l’absence de digitalisation entrave grandement la capacité des sociétés à collaborer et a une incidence directe sur leur chiffre d’affaires. En effet, 62 % des personnes interrogées citent le manque de collaboration comme cause principale des retards des projets de construction.

L’étude a également analysé la façon dont certaines missions sont réalisées comme la gestion des défauts et les inspections de santé et sécurité. Ses conclusions montrent que les entreprises ont mis en place une variété de méthodes et de processus : plus de la moitié d’entre elles (51 %) utilisent plusieurs moyens de communication face à face, téléphone, e-mail et/ou papier pour informer la personne chargée des réparations dans le cadre de la démarche qualité. Fait inquiétant, 53 % des sociétés utilisent un outil non fiable tel que les messages texte, les SMS ou la messagerie instantanée de type WhatsApp pour renseigner un incident ou un danger. Ce manque de cohérence en matière de saisie et de partage d’informations importantes présente une marge d’erreur et d’incompréhension considérable, qui peut entraîner un accroissement des risques de sécurité, des retards et des
dépassements de budget.

« La dépendance du secteur de la construction à des processus obsolètes, dans les bureaux ou sur site, constitue une source d’inefficacité importante. Ces pratiques ne sont pas durables dans un secteur où les faibles marges représentent un problème persistant », explique Franck Le Tendre, PDG de Finalcad. « Le BTP a pris du retard face à d’autres secteurs tels que la finance et la distribution en termes de digitalisation, mais cette étude nous montre que de nombreux processus quotidiens présents dans tous les projets sont des cibles importantes en termes de transformation. Du contrôle des défauts à la sécurité, aucun domaine ne peut échapper à une amélioration grâce à l’optimisation des opérations. Par ailleurs, lorsque les pays sortiront de la récession causée par la pandémie de COVID-19, celles qui auront effectué leur transition digitale pourront agir rapidement pour reprendre le cours normal de leurs activités. »

La non-digitalisation entraîne d’autres conséquences pour les entreprises, notamment des difficultés pour obtenir des informations et récupérer les données permettant d’établir des factures non réglées lorsqu’un entrepreneur ne peut pas prouver qu’il a réalisé une mission : une majorité de répondants (90 %) affirment que le « travail gratuit » est un problème habituel. De plus, les sociétés de construction souffrent de devoir « réinventer la roue » à chaque nouveau projet : 59 % des personnes interrogées affirment créer parfois, souvent ou la plupart du temps de nouveaux modèles de documents pourtant déjà existants : un réel gaspillage de temps et de ressources. Ces deux résultats devraient représenter un facteur majeur de transformation digitale pour les responsables, les dirigeants et les promoteurs des entreprises de construction : un process digital centralisé permet de s’améliorer continuellement et facilite considérablement la saisie des travaux supplémentaires ainsi que la création de modèles duplicables.

« À l’instar d’autres domaines, la construction devra affronter une période difficile à court terme en raison de l’impact du COVID-19 sur les économies mondiales », poursuit Franck Le Tendre. « Cependant, sur le long terme, la construction présente un énorme potentiel de croissance. Les Nations Unies prévoient que les deux tiers de la population mondiale vivront dans les villes d’ici 2050, avec une accélération de la tendance des villes intelligentes.

Les entreprises de construction désirant saisir ces occasions doivent passer au digital dès maintenant. La transformation digitale supprime les silos existants et simplifie la difficulté qu’elles rencontrent, à savoir jongler avec le personnel, les plans, les compétences et les matériaux pour répondre à un calendrier changeant, tout en améliorant leur rentabilité et la satisfaction des clients finaux. »
L’étude Finalcad 2020 : La transformation digitale globale dans la construction est la première des deux parties d’une série visant à analyser la digitalisation de la construction. Le second rapport sera publié à l’automne 2020. Pour consulter les résultats complets et télécharger le rapport :

Accéder au rapport complet

*L’étude a été menée en février et mars 2020, commandée par Finalcad et réalisée par Coleman Parks, une société
indépendante d’études de marché. L’échantillon total englobe 400 personnes, dont 200 responsables de
site/directeurs gérant en moyenne 10 sites, et 200 responsables/directeurs de siège. Les personnes interrogées ont
été les chefs de projet sur sites et les directeurs d’unité opérationnelle chargés de la construction aux sièges qui
travaillent dans des entreprises de construction commerciale et résidentielle au chiffre d’affaires supérieur à 51
millions de dollars par an en France, en Espagne, à Singapour et au Japon. Pour plus de détails, consultez la
section Informations démographiques.

À propos de Finalcad
Finalcad est la plateforme collaborative conçue pour optimiser l’expérience de terrain des employés du secteur de la construction, notamment le bâtiment, les infrastructures et l’énergie, pour leur permettre de « bâtir leur rêve ». Elle aide les entreprises du secteur de la construction à faire face aux difficultés liées aux faibles marges et à la rentabilité limitée en réduisant les coûts de fonctionnement, en contribuant à l’amélioration continue et en renforçant l’efficacité des employés.

Finalcad permet aux sociétés de réaliser leurs processus existants de manière plus efficace et sûre en digitalisant leurs flux de travail : elle recueille les données issues de l’ensemble du site, du centre ou de l’actif en fournissant à tous les acteurs (ouvriers, sous-traitants, maître d’oeuvre et client) les informations dont ils ont besoin pour affiner leur prise de décisions.
Fondée il y a dix ans par une équipe d’experts disposant d’une connaissance approfondie du secteur, Finalcad a levé 63 millions de dollars à ce jour et a figuré dans la liste « Next40 » 2019 établie par le gouvernement français des 40 start-ups offrant les meilleures perspectives de devenir des leaders technologiques mondiaux. Basée en France, Finalcad emploie plus de 120 personnes à l’échelle internationale. Ses clients du monde entier lui ont confié 24 000 projets dans 35 pays. Pour de plus amples informations concernant Finalcad, rendez-vous sur www.finalcad.com.